lundi 14 novembre 2016

La migration des grues cendrées

 Par l'ami Richard - CNB du Pays de Bastogne           

M. Nicolas
On les attendait depuis plusieurs jours. Quelques passages avaient bien été signalés plus tôt, mais rien de très significatif jusqu'à ce vendredi 11 novembre en soirée, puis samedi et dimanche. Enfin, les grues ont quitté l'Europe septentrionale pour se diriger en vagues successives vers des régions plus clémentes. Par chance pour nous ardennais, notre région fait partie intégrante de leur couloir de migration : ainsi, deux fois par an, la nature nous donne d'assister gratuitement à ce spectacle.

Marek Szczepanek  © CC BY-SA 3.0  Wikipedia



Les grues cendrées qui survolent nos régions par dizaines de milliers en automne proviennent pour la plupart de Scandinavie où elles ont niché.

Leurs zones d'hivernage se situent en Espagne et, dans une moindre mesure, dans le nord de l'Afrique. Si l'hiver n'est pas trop rigoureux et/ou trop enneigé, on observe de plus en plus d'oiseaux séjourner plus haut en latitude, par exemple en Champagne, spécialement aux abords du lac du Der, à quelques 250 km au sud de Bastogne.

www.lerepublicain.net






Aux premiers beaux jours, souvent même dès la fin février, on assiste au voyage de retour vers leur aire de nidification, c'est-à- dire dans les grandes clairières tourbeuses du nord de l'Europe.

Tout le monde est capable d'identifier les grues à leur cri, une sorte de "krrou" claironnant et sonore, relancé sans discontinuer. C'est ce cri qui a donné son nom à la grue, et son nom scientifique est Grus grus.

L'ami Richard.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire